Minuscules

 

Aujourd’hui, en réunion, ils ont été franchement méchants avec Vincent. Mais je n’ai rien dit, on n’avait pas le temps, on devait décider pour la couleur du logo.

En rentrant, il y avait une famille entière sur le trottoir, sur un matelas, sous la pluie. J’ai accéléré, j’avais une lessive à lancer.

Et puis j’ai croisé ces jeunes bénévoles qui voulaient que je soutienne Amnesty. J’ai parlé d’un air très concentré dans mon téléphone, c’était le seul créneau pour appeler Marie.

Dans le bus, il y avait cet homme débraillé, hagard, qui sentait tellement mauvais. J’ai changé de place, j’avais des mails à lire en urgence, besoin de me concentrer.

Aux infos, ils ont parlé des abeilles, leur disparition, tout ça. Mais là, il y en a trop autour de la fenêtre. On a mis du produit, le petit est allergique.

Ils ont parlé aussi du problème de la consommation excessive de viande. Et puis des guerres et des morts. Et puis des migrants et des morts. Et puis de la grande pauvreté et des morts. Et puis du Brexit. Et puis du changement climatique et des futurs morts. Et puis il y avait une dame qui parlait de l’importance de bouger, on est assis 9 heures par jour, vous vous rendez compte ?! Alors qu’on est censés être actifs, mobiles. Ça joue sur notre moral, notre santé. Avec Hugo, on s’est dit qu’on allait faire attention. Elle a aussi dit qu’il fallait boire beaucoup d’eau. C’est important, l’eau. Du coup j’ai décidé que, demain, j’irai à mes rendez-vous à pied. Ça va me faire du bien.

.

15.06.18